01 mars 2006

Le TIA réincarné

Un article publié le 23 février dans le National Journal confirme que le programme de recherche connu sous le nom de Terrorism Information Awareness (ou Total Information Awareness) qui avait été officiellement démantelé en août 2003, devant une levée de boucliers des défenseurs des libertés individuelles, a en réalité poursuivi ses activités sous d'autres noms au sein d'agences gouvernementales plus discrètes que la DARPA.

Ce programme s'était fixé pour objectif de développer des technologies capables de prédire d'éventuelles attaques terroristes en analysant les montagnes de données recueillies quotidiennement par les entreprises et les services publics. L'agrégation de données fragmentées aurait permis, selon les promoteurs du programme, d'identifier des profils d'individus suspects à surveiller et de donner l'alerte avant qu'ils ne puissent frapper. Outre le fait que ce projet aurait permis au gouvernement américain d'accéder à des informations jugées confidentielles sur la vie privée de ses citoyens, la direction du programme TIA avait été confiée à un personnage polémique, le Vice Amiral Poindexter, impliqué au cours des années 1980 dans le scandale des ventes d'armes à l'Iran.

Le programme fut publiquement dissout en août 2003 sous la pression du parlement américain, mais les contrats en cours furent tout simplement transférés ou rebaptisés: le prototype du TIA développé par la société Hicks et Associés devint ainsi le projet Basketball, alors que le projet Genoa II fut renommé topsail. Les deux programmes furent confiés à la NSA, l'agence chargée du renseignement électronique, et ce n'est certainement pas un hasard si ce service se trouve aujourd'hui au centre du débat qui fait actuellement rage sur les écoutes illégales (c'est-à-dire sans mandat) menées contre des citoyens américains.

1 commentaire:

LT a dit...

Bonjour,

J'ai appris l'existence de votre blog par France Inter. C'est effectivement très intéressant, parfois inquiétant.

Bon courage.

LT