11 octobre 2006

Les dollars tombent du ciel pour les drones policiers

Le budget du ministère étatsunien de la sécurité intérieure (DHS) pour l'année 2007 prévoit d'attribuer 25 millions de dollars pour l'achat et la mise en service de drones de surveillance des frontières maritimes et terrestres du pays (ce qui inclut la frontière avec le Canada). Cette décision n'a donc pas été affectée par l'écrasement d'un tel engin en avril dernier en Arizona, qui avait soulevé la question de la sécurité entourant l'utilisation de ces aéronefs sans pilotes dans des environnements non-guerriers. Plus récemment, deux drone belges de la force de paix EUFOR se sont écrasés au Congo dans la capitale Kinshasa, le plus récent incident ayant tué une personne et en ayant blessé deux autres. L'Autorité Fédérale de l'Aviation (FAA) américaine, consciente de nombreuses questions encore non résolues sur ce point a d'ailleurs signifié au Shériff de Los Angeles qui prévoyait de tester son propre drone la nécessité d'obtenir un permis de vol spécifique avant de poursuivre toute expérimentation. De plus, la FAA a mandaté la société Lockheed Martin afin de l'aider à intégrer ces nouveaux objets volants au trafic aérien civil déjà passablement congestionné. Petit détail d'importance, Lockheed est l'un des principaux fabricants de drones aux USA. Cela n'aidera certainement pas à une évaluation objective de l'efficacité de ces outils pour des missions policières, qui laisse certains observateurs tel que l'Inspecteur du DHS dubitatif. Celui-ci a en effet déclaré au Congrès américain en décembre 2005 que les drones, en raison de la maintenance requise et de leur fragilité structurelle coûtaient environ deux fois plus cher à utiliser que des aéronefs avec pilotes. Cette voix discordante n'a visiblement pas eu un grand impact sur les législateurs.

1 commentaire:

reullort a dit...

une autre possibilite de drone http://www.youtube.com/watch?v=pz0XNGJ-ep8